Arrêter le tabac à 60 ans : c’est possible ?

Le tabac fait des ravages parmi les fumeurs de tout âge. Chez les seniors, il est l’une des principales causes de mortalité. Il entraîne entre autres une augmentation des risques de maladie d’Alzheimer, d’ostéoporose ou encore de déclin cognitif précoce. Est-ce que stopper sa consommation de cigarettes après 60 ans a réellement un impact positif, et comment y parvenir ? Voici quelques conseils pour arrêter de fumer en tant que sénior.

Comment et pourquoi arrêter le tabac après 60 ans ?

Pourquoi arrêter de fumer après 60 ans ?

Les séniors fumeurs le sont souvent depuis longtemps. Il s’agit chez eux d’une habitude bien ancrée. Par conséquent, beaucoup pensent qu’à leur âge, il n’est plus vraiment utile d’arrêter de fumer. De plus, le tabac est considérée comme un petit plaisir du quotidien qui fait partie d’eux. Ils ont du mal à envisager de s’en passer. La dépendance n’est donc pas seulement physique, mais aussi psychologique. Pourtant, d’après l’OMS, une personne qui arrête de fumer à 60 ans voit son espérance de vie augmenter de 3 ans.

D’autre part, les dégâts sur la santé tels que les bronchites à répétition, les problèmes cardio-vasculaires, les essoufflements, etc. sont souvent déjà installés chez les seniors fumant depuis longtemps. L’arrêt de la cigarette les fait progressivement diminuer. Cela permet aussi de réduire les risques de cancer du poumon de 50 %. Le sevrage tabagique a donc un impact positif sur la santé des séniors, et est ainsi bénéfique à tout âge !

Avec de la volonté et du soutien, il est possible d'arrêter le tabac à 60 ans.

Comment arrêter le tabac après 60 ans ?

Trouver des sources de motivation

On peut se demander s’il est plus difficile d’arrêter de fumer à 60 ans qu’à 20 ans. La dépendance à la nicotine ne dépend pas de l’âge. Il n’y a donc pas de différence majeure entre un senior et une personne plus jeune. L’important est donc la motivation et la volonté de réussir. Chaque personne doit trouver des objectifs qui lui tiennent à cœur, et qui lui permettront de tenir bon. Cela peut être le désir d’améliorer sa qualité de vie à un âge où les premiers signes du vieillissement se font sentir. C’est peut-être également le souhait de montrer un exemple positif à des proches plus jeunes qui pourraient être tentés de commencer à fumer.

Solliciter l’aide d’un médecin ou d’un tabacologue

Il est important de se faire accompagner dans ce processus éprouvant. Un professionnel de la santé sénior pourra proposer diverses aides pour faciliter l’arrêt du tabac, comme des substituts à la nicotine ou des thérapies comportementales. L’e-cigarette peut aussi être une option intéressante, car elle permet de conserver le geste qui est souvent très ancré chez les fumeurs de longue date. Enfin, au-delà des médecins, le soutien de la famille et des proches est aussi primordial.

Découvrez nos autres articles sénior ici !