Congé maternité : comment aménager son temps avant et après l’accouchement ?

La grossesse est un moment particulier dans la vie d’une femme. Le corps de la future maman se transforme, jusqu’au moment attendu de l’accouchement où elle donnera naissance à son enfant. Le congé maternité permet de se préparer sereinement à cet heureux événement, puis ensuite de profiter pleinement de son bébé tout juste né.

Le congé maternité vous permet de vous préparer à l'arrivée de bébé.

La déclaration de grossesse

La future maman doit faire une déclaration auprès de son employeur. Elle peut le faire dès lors qu’elle est certaine d’être enceinte. Cette formalité initiale lui permettra de bénéficier des protections prévues par la loi. Par exemple, son employeur ne pourra pas la licencier, sauf à invoquer une faute grave. La loi n’oblige pas à « officialiser » son état précocement, mais le faire le plus tôt possible permet d’être mieux protégée en se prémunissant contre tout abus.

La durée du congé maternité d’une femme enceinte

La durée du congé, hors cas particuliers, est de 16 semaines. Ces 16 semaines se décomposent en 6 semaines de congé prénatal puis 10 semaines d’arrêt post-natal, positionnées par rapport à la date prévue de l’accouchement. La durée est portée à 26 semaines, divisées en 8 avant l’accouchement et 18 après, à partir du troisième enfant. Elle est portée à 34 semaines, dont 12 avant et 22 après, pour des jumeaux. Elle est enfin de 46 semaines, dont 24 avant et 22 après, pour des triplés ou plus.

Il est néanmoins possible de modifier la répartition entre congé prénatal et arrêt post-natal. Si la grossesse se passe bien, il est possible de transformer trois semaines de congé prénatal en arrêt post-natal pour profiter de son nouveau-né. En revanche dans le cas des longs arrêts d’un troisième enfant ou d’une naissance gémellaire, il est possible de faire le transfert dans le sens inverse (pour deux semaines dans le premier cas, pour quatre dans l’autre).

Enfin le médecin peut, s’il a des craintes, prescrire un congé pathologique de deux semaines supplémentaires, qui vient en amont du congé maternité. C’est par exemple fréquemment le cas lorsque la future maman approche la quarantaine.

Pendant le congé maternité, vous profitez de moments privilégiés avec votre nouvelle famille.

Profiter de ce temps libre pour se ressourcer

Il est rare durant la vie active d’avoir autant de temps presque sans contrainte. C’est l’occasion idéale pour écouter son corps durant les dernières semaines et se retrouver ensuite. C’est le moment de nouer cette relation unique entre une mère et son enfant. Vous pouvez également profiter d’une parenthèse enchantée avec votre conjoint : en cumulant les trois jours de naissance et le congé paternité, l’heureux papa peut bénéficier de deux semaines avec vous et votre enfant (et même de trois semaine en cas de naissance gémellaire ou multiple) ! Profitez-en donc pour recharger les batteries et préparer votre nouvelle vie de famille…

Retrouvez tous nos autres articles sur la maternité ici !