En 2001, l’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) avait confirmé le lien existant entre les vols de longue durée et la phlébite avec embolie pulmonaire. Ainsi, sur un vol de 6 à 8 heures, il y a un risque de 0.25 pour un million de passagers d’être touchés par ce trouble veineux. Pour un vol de plus de 8 heures, le risque s’élève à 6,5.

Bas de contention voyage avionLa phlébite du voyageur

La « Phlébite en avion » est un trouble veineux apparaissant au niveau des jambes pendant les vols dits « long-courriers ». Plusieurs facteurs spécifiques au transport aérien favorisent cette stagnation du sang.

  • L’immobilité prolongée ou encore l’adoption de la position assise sur de nombreuses heures est un premier facteur.

Cela provoque l’inactivité de la pompe veineuse plantaire et de celle du mollet. Il n’y a donc plus de retour veineux. Cette immobilité est également fortement favorisée par la configuration étroite des sièges, en classe économique, qui ne permettent pas l’étirement ainsi que d’autres mouvements naturels des jambes nécessaires à une bonne circulation sanguine.

  • La compression des veines et des artères de manière prolongée nuit également à la bonne circulation du sang d’où la stase veineuse.
  • La déshydratation du corps. Ceci est notamment dû à l’utilisation de l’air conditionné dans l’avion, mais aussi à l’absence d’humidité dans la cabine.
  • L’hypoxie relative qui se traduit par le manque d’oxygène dans le sang et dans l’organisme, notamment dû au faible taux d’oxygène dans l’avion.

Les risques de la phlébite en avion

Il est aujourd’hui prouvé que plus la durée du voyage est longue, plus le risque d’exposition à la thrombose veineuse est important.

  • 4 heures de voyage exposent à un niveau de risque de 2 à 4 fois.
  • 12 heures de voyage, le risque de développer une thrombose est 10 fois plus important.

La thrombose veineuse comporte pourtant un risque fatal. En effet, elle peut entrainer une embolie pulmonaire qui se traduit par la migration du caillot de sang généré vers le poumon. Lorsque ce caillot vient à boucher une artère pulmonaire vitale, l’embolie peut entrainer la mort de la personne qui en est victime.

Comment prévenir la phlébite du voyageur ?

Le meilleur moyen de prévenir cette maladie veineuse en voyage est de porter des bas de contention. On distingue deux types de bas selon la durée du vol.

  • Les bas ou collants de compression de classe 1. Ce sont des bas dits de maintien, à compression non médicale. Ils sont équivalents aux paires de chaussettes et aux chaussettes de voyages classiques.
  • Les bas, les chaussettes ou les collants de compression de classe 2. Ils sont vivement recommandés lors des vols de plus de 4 heures ou encore les vols long-courriers.
Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *