L’Organisation Mondiale de la Santé conseille d’opter pour un allaitement complet durant les six premiers mois de l’enfant. Lorsque le moment de la reprise du travail pour la jeune maman se précise, la question de la poursuite de l’allaitement se pose. Grâce à ces quelques conseils judicieux, vous verrez qu’il est tout à fait possible de concilier allaitement et activité professionnelle.

Allaitement travail

Un rythme de tétées à conserver

Lorsque s’annonce la reprise de son activité, c’est-à-dire vers les trois mois de l’enfant, la lactation est plus ou moins bien mise en place chez la maman. Ainsi, son bébé et elle se sont accoutumés à un certain rythme de tétées tout au long de la journée. La lactation étant généralement régulière, elle ne sera pas interrompue si la maman doit s’absenter plusieurs heures de suite. Entre deux tétées, il suffira de stimuler la lactation, soit de manière naturelle (pression manuelle), soit en utilisant un tire-lait.

La stimulation de la production de lait par tire-lait peut être essentielle si la maman reprend une activité avant les trois mois de l’enfant. En effet, la lactation n’est parfois pas totalement mise en place et, en espaçant les tétées, la production peut diminuer. La stimulation par tire-lait permet alors de poursuivre et de stimuler la montée de lait. Il faut simplement veiller à s’entraîner avant la reprise du travail, pour que le geste devienne rapide et efficace.

Conservation du lait maternel

Le lait se conserve quelques jours au réfrigérateur et se congèle aisément en pochette plastique. Ainsi, l’enfant pourra, en l’absence de sa mère, continuer à bénéficier des bienfaits du lait maternel tout en s’accoutumant au biberon, l’apprentissage de ce dernier pouvant s’avérer parfois difficile. Certaines mamans optent pour un allaitement mixte et alternent biberon et sein. Le risque de tarissement est cependant plus important car moins on tire de lait, moins on en produit.

S’il tète régulièrement, l’enfant continue à stimuler la production de lait qui s’adapte naturellement au nouveau rythme mère-enfant. Certains bébés tètent uniquement le week-end par exemple, la montée de lait s’ajustant tout au long de la semaine. Cependant, faute d’être stimulée, la lactation peut se tarir.

Que dit la loi ?

Nourrir son enfant est un moment privilégié et la reprise du travail est parfois difficile à vivre pour la mère comme pour l’enfant. Une tétée le matin et une autre le soir permettent de privilégier des moments de retrouvaille entre une mère et son enfant après une journée de séparation.

Il existe par ailleurs un certain nombre de textes de loi du code du travail qui permettent à la mère de nourrir son enfant sur son lieu de travail. Ce moment peut également servir à recueillir son lait au tire-lait. Certaines entreprises proposent des salles de repos destinées à cet usage. Il faut également disposer d’un réfrigérateur pour y entreposer son lait.

Facebooktwittergoogle_plus

Une réflexion au sujet de « Concilier allaitement et travail ? »

  1. Ping : Positions pour allaiter : les différentes positions pour allaiter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *