Au moment de la retraite, on peut avoir tendance à se couper du monde extérieur. Si, de surcroît, on est seul (conjoint décédé, enfants éloignés), la rupture avec la vie active n’est que plus difficile à supporter. Et que dire des habitants des campagnes non-véhiculés, qui n’ont même pas l’opportunité de sortir faire leurs commissions et de rencontrer leurs concitoyens ? Pour répondre à ce besoin de compagnie de plus en plus répandu, les animaux peuvent être l’une des solutions. Ils deviennent de nouveaux partenaires de vie lorsque l’on veut rompre avec l’isolement et, parfois, ils agissent de manière positive sur la santé des seniors.

 

 

Un animal de compagnie contre la solitude

 

Avoir un animal chez soi, quel qu’il soit, implique une présence au quotidien. Chien, chat, rongeur, oiseau, reptile pour les plus téméraires, ou même poisson rouge, ce sont tous des êtres vivants. Ils ont besoin que l’on s’occupe d’eux, qu’on les nourrisse, qu’on entretienne leur habitat (litière à changer pour les chats, cage à nettoyer pour les rongeurs), qu’on leur parle, qu’on les aime. Si un poisson est surtout décoratif, avouons-le, on peut en revanche créer une véritable interaction avec un mammifère. Les chiens et les chats réclament beaucoup d’attention. Les premiers sont totalement dépendants des humains ; quant aux seconds, s’ils ne sont pas sauvages, ils n’hésitent pas à quémander des caresses. On peut même créer une relation avec un oiseau, qui chantera et piaillera pour faire la conversation. Adopter un animal, c’est se faire un ami.

 

 

Les effets sur la santé

 

Tout comme on a recours aux animaux pour aider des personnes atteintes de handicap (et plus précisément dans des cas d’autisme ou d’hyperactivité), un animal de compagnie peut agir sur la santé des seniors qui, une fois à la retraite, voient leur activité intellectuelle et physique diminuer. Dépression, maladie d’Alzheimer, troubles physiologiques liés au manque d’exercice… Tous ces problèmes peuvent être combattus grâce à la présence d’un animal.

Lorsque la mobilité n’est pas réduite, un chien est un compagnon idéal. Il faut se lever le matin pour le nourrir et pour le sortir, le faire jouer, l’emmener de temps en temps chez le vétérinaire pour des vaccins. Avec un animal, il devient impensable de se laisser aller. Evidemment, pour un senior, on évitera de prendre un gros chien plein d’énergie susceptible d’entraîner une chute. Mais ce type d’animal contraint toutefois à faire de la marche, des balades. Non seulement le retraité est actif, mais il est également amené à retrouver une sociabilité en croisant des voisins ou d’autres promeneurs. Un chien, c’est aussi beaucoup de câlins, d’affection. De quoi remonter le moral. Une telle présence est source de bien-être pour le corps et pour la tête.

 

 

Se rassurer et se sécuriser

 

Autre particularité des seniors, ils sont plus vulnérables que d’autres catégories d’individus. Quand bien même le danger serait inexistant, les animaux de compagnie ont la capacité de rassurer les retraités, réduisant ainsi le stress que la solitude pourrait engendrer. En tant que personne âgée, on est rapidement repérée par les malfaiteurs en quête de proies faciles, que ce soit pour un cambriolage ou en vue d’une escroquerie quelconque. Et ce risque est accru quand on vit seul. Certains n’hésitent pas à profiter de la naïveté des seniors ou de leurs déficiences (ouïe diminuée, par exemple). La présence d’un chien notamment, capable de protéger son maître et d’alarmer l’entourage par ses aboiements, est un bon moyen d’éviter les intrus.

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *